L’acoustique : le laisser pour compte de la loi Climat et résilience

Acoustique le laisser pour compte de la loi climat résilience

Faites du bruit a-t-on envie de clamer aux personnes qui souffrent de nuisances sonores. Peut-être serez-vous entendu par les instances qui se préoccupent de l’amélioration de l’habitat et des conditions de travail. En tout cas, les amendements présentés dans le cadre du projet de loi « Climat et Résilience », ont été jugés irrecevables. Pourtant, au-delà du confort et bien-être, le bruit est devenu un enjeu sanitaire « majeur ». On estime à 57 milliards d’euros par an le coût de la pollution sonore pour les Français. Malgré cela l’isolation phonique n’apparaît pas comme une priorité.

Traiter le bruit : serait-on sourd aux besoins exprimés ?

Selon une étude de l’Ademe, la mauvaise qualité de l’environnement sonore coûte 57 milliards d’euros par an aux Français (un chiffre qui pourrait se monter à 100 milliards selon une étude à venir). La facture se répartit ainsi :

  • 20,6 milliards attribués au bruit des transports
  • 11,5 milliards aux bruits de voisinage
  • 32 milliards d’euros annuels dûs « en grande partie en lien avec la mauvaise qualité du bâti existant », selon le Conseil national du bruit dans un avis rendu au mois d’octobre 2020.

Suite à l’annonce du Plan de relance, le CNB jugeait opportun de sensibiliser les opérateurs sur le volet acoustique dans les opérations de rénovation énergétique des bâtiments et de rénovation urbaine. Le CNB pense qu’une approche « globale et multidisciplinaire » s’avère nécessaire, pour intégrer la qualité acoustique dans la démarche de rénovation des bâtiments, au même titre que le confort thermique, la qualité de l’air intérieur, et les économies d’énergie. Il est grand temps que la qualité acoustique devienne une priorité. D’autant que l’année 2020 a pointé du doigt toutes les failles du bâti en contraignant chacun de nous à rester davantage chez nous, tout en maintenant des activités professionnelles par l’usage du télétravail. Cela nous a permis de prendre conscience de l’intérêt d’une bonne isolation acoustique en tout lieu.

L’acoustique, le grand oublié du bâtiment

Pourtant, cela n’a pas du être perçu ainsi par les membres travaillant au projet de loi « Climat et Résilience ». Les amendements portant sur l’isolation acoustique, déposés dans le cadre des premiers échanges, sont estimés « irrecevables » au motif qu’ils sont « sans lien apparent avec l’objet du texte », rapporte le Cinov GIAc. L’étonnement de son président Jean-Paul Van Cuyck est compréhensible quand on mesure les conséquences du bruit sur la santé, et l’environnement. Durant le confinement, la réduction de la pollution sonore extérieure a fait prendre davantage conscience des nuisances sonores ayant pour origine le voisinage et une isolation sonore insuffisante.

Si l’impact du bruit sur l’audition est reconnu par la Santé, ses effets se constatent aussi sur la difficulté à se concentrer, les troubles de l’humeur et du sommeil, le stress, et la détérioration du système nerveux. La prise en compte de l’acoustique dans la construction ou la rénovation devient un impératif sanitaire et plus seulement économique ou environnemental.

L’isolation acoustique devient une priorité dans le bâti !

La résilience climatique induit des changements de consommation, de façon de vivre et une adaptation de la construction. Il faudra dans les années à venir sans doute intégrer un espace dédié au bureau pour chaque logement ou des espaces communs pour organiser ce type de prestation à l’échelle d’un bâtiment avec pour objectif la réduction des nuisances sonores et l’amélioration de l’isolation acoustique dans le bâti existant. En attendant que cette prise de conscience devienne une priorité pour le législateur dans les lieux de travails, bâtiments publics et logement privé, les solutions pour améliorer l’acoustique sont l’affaire de chacun pour le mieux vivre de tous. Panneaux acoustiques à installer au mur ou au plafond, séparateur de bureau ou plafond à construire à partir d’élément à assembler sont autant de solution pour réduire le bruit dans une pièce et limiter les effets de résonance et de réverbération sonore.

 

Traitement acoustique avec des panneaux acoustiques

Les panneaux acoustiques, première solution contre le bruit

Simple et rapide à monter, les écrans phoniques s’intègrent dans tous les intérieurs privés et professionnels. Pour optimiser leur performance, un diagnostic acoustique réalisé en amont de l’installation permettra de diminuer les désagréments du bruit ambiant. Efficace et esthétique, les panneaux acoustiques sont constitués de différentes couches et habillés de bois, tissus, ou revêtement décoratif personnalisable. Ils peuvent ainsi absorber le bruit tout en apportant une touche décorative. Pour ne plus être perturbé par des sons irritants, les panneaux acoustiques demeurent la meilleure solution contre le bruit parasite et améliorer le confort de vie.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

  • Les éoliennes sont-elles si bruyantes ?

    nuisances sonores des éoliennes

    Récemment, les éoliennes se sont invitées dans le débat politique. Lors d’une conférence de presse, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, rappelait la nécessité d’employer l’énergie du vent en multipliant leur implantation en France. Une déclaration qui a fait réagir des élus et des personnalités comme Stéphane Bern arguant qu’il s’agit d’un « diktat qui […]

  • Nuisances sonores : cessez ce bruit que je ne saurais entendre !

    Nuisances sonores : cessez ce bruit que je ne saurais entendre !

    Effet du confinement, du charme de la campagne anglais, Boris Johnson impose le silence à ces concitoyens pour limiter les nuisances sonores,  oubliant que le bruit des uns n’est pas forcément le bruit des autres… Trop de bruit dans la rue énerve apparemment Boris Johnson. Le premier ministre britannique n’a pas hésité à soumettre à la chambre des […]